Teatro del Chiodo
When classical music breaks free!
Quand la musique classique se déchaîne!
thomas & lorenzo
     
> thomas & lorenzo
 
> Latest Production
 
> Press
 
> Gallery
 
> Video-Clip
 
> Tour Dates
 
> Techn. Requirements
 
> Contact
 
 
 

press

Big success of "Smoking Chopin" at the Féstival OFF 2007 in Avignon-F

These professional, classically-trained musicians and comic artists - thomas & lorenzo -assume all the outward characteristics and mannerisms (the solemn vestiture, the lofty poise, the brooding intensity) of concert hall musicians, and in a playful, tongue-in-cheek manner exploit the comic possibilities of such highbrow earnestness to the full. They are the comic ‘id’ of the concert hall experience, the risible and irrepressible desire to stir, to creak your chair, to do the profane: to chuckle, laugh, and even guffaw.

L'Est Républicain
‘This astonishing and spectacular duo amazingly offer choice moments of the classical repertoire to devotees of classical music, balancing musical mastery and humour.’

Féstival Humour des notes - Haguenau-France
‘The best duo in this musical festival. A true gem! The audience applauded vigorously and for a long time to summon them back on stage for an encore.’

Liberté de l'Est
‘There’s more than one string to their bow! They were engaged to give a beautiful performance, but achieved much more.’


Dernières Nouvelles d'Alsace 9/05/05
Le meilleur duo d'un festival tonique

Festival Humour des notes
C'est sans doute la meilleure prestation de tout le festival L'Humour des notes qu'a présentée samedi le duo Thomas & Lorenzo avec leur nouveau spectacle intitulé SMOKING CHOPIN
Thomas Usteri et Lorenzo Manetti sont deux gais lurons. Instrumentistes accomplis, ils épinglent allègrement tous les tics des musiciens, exploitent à merveille les possibilités comiques fournies par la musique dite sérieuse.
Le spectacle débute par une création personnelle: une interprétation dansée et emphatique d'une Danse hongroise de Brahms. L'altiste tire magnifiquement parti des inflexions musicales: il esquisse des pas chassés, vire comme une toupie, obligeant le pianiste à se baisser constam-ment pour éviter la décapitation, jette son archet, ponctue le phrasé musical de frappement de pieds … Cette présentation se termine à deux sur le tabouret du pianiste par un jeu de jambes en mouvement parallèle. Un petit bijou!
Le point culminant de la soirée est bien sûr le sketch Smoking Chopin de Christian Mattis où, durant un récital de piano, le tourneur de pages, décidé à allumer une cigarette, se met à la re-cherche d'une boîte d'allumettes qu'est censé détenir le pianiste! Une série d'escalades, de contorsions farfelues et insensées, source d'éclats de rire irrépressibles.
Enfin, deux sketches différents sur le même thème terminent le spectacle de ce duo doué : Les insatisfaits de Philippe Cohen sur le rapport des musiciens à leur instrument, mordant et percu-tant, et l'excellent numéro Clowns de Dimitri où chacun jalouse l'autre pour son instrument.
C'était sans compter les rappels car le public applaudit longuement et en redemande.


L’Est Républicain 14/10/05
DINGUES DE MUSIQUE

Ennuyeuse, la musique classique? Les nombreux mélomanes qui s’étaient rendus mercredi au centre des congrès à l’occasion du spectacle de Thomas et Lorenzo étaient sans doute d’un autre avis. Intitulé «Smoking Chopin», le théâtre musical et clownesque interprété par ces deux artistes suisses était en effet loin de verser dans la mélancolie. Pour preuve, les rires spontanés qui fleurissent implacablement au sein de l’assistance à mesure que les instrumentistes accomplissaient leurs pitreries.
Thomas Usteri et Lorenzo Manetti, violoniste et pianiste émérites, ont derrière eux plus de dix années de complicité. Un atout, une expérience et une efficacité qui ne laissent jamais le public indifférent, quel que soit l'endroit où ils se produisent.
A peine le temps d’accorder les instruments que le festival de gags commence. Puis les sketches s’enchaînent, les rôles s’inversent et le répertoire évolue, de Camille Saint-Saëns à Frédéric Chopin en passant par Franz Schubert.
Farces, poésie, acrobaties même, à l’instar de ce numéro hilarant où Thomas se retrouve debout sur les épaules de son ami Lorenzo, imperturbable, qui continue à interpréter son chef d’œuvre au clavier. Délirant également, ce joyau de fantaisie germano-francophone intitulé «Les insatisfaits» ou «Die Unzufrieden». Mécontents de leurs instruments respectifs, les musiciens en énumèrent méticuleusement tous les défauts et fantasment sur leurs apparences. Le piano devient ainsi un monstre dont la mâchoire garnie de dents semble prête à mordre, tandis que le détestable violon n’inspire plus rien de bon, si ce n’est qu’il dispose de cordes qui pourraient en fin de compte servir à se pendre.
Une très bonne note donc, pour ce duo ébouriffant et spectaculaire, qui en offrant aux mélomanes de très grands moments de musique classique, réussit à concilier humour et maestria.


La Liberté de l’Est 13/10/05
Plus d’une corde à leurs talents
Festival de théâtre burlesque des Larmes du Rire

Peut-on être à la fois bon musicien et amuseur public ? Thomas et Lorenzo ont répondu par l’affirmative hier soir en offrant un spectacle burlesque qui entre en plein dans la philosophie des Larmes du Rire. Sérieux s’abstenir.
On connaît la phrase « Peut-on rire de tout ? Oui, mais pas avec n’importe qui ! » grâce à des artistes comme Thomas Usteri et Lorenzo Manetti, on sait que l’on peut faire rire en détournant la Grande musique. Ils sont prétendument venus faire un beau concert hier soir, ils ont fait beaucoup mieux.
S.Kuhn


Info 3, Stuttgart février 05
Classique d’une manière particulière
Smoking Chopin au Forum Theater

Il arrive rarement de voir un pupitre musical prendre une expression diabolique. Dans son sketch La vengeance du lutrin le duo de cabarettistes Thomas & Lorenzo parvient à nous en montrer un comme tel, de manière amusante et convaincante. Ce numéro fait partie d’une série de huit peti-tes pièces, réunies sous le titre Smoking Chopin, mises en scène par Ferruccio Cainero, qui ont été présentés le 12 janvier au Forum Theater, Stuttgart.
Le charmant pianiste Lorenzo et le fidèle violoniste Thomas avec sa tête d’artiste à la crinière grisonnante, interagissent sur le plan musical, acrobatique et théâtral. On voit l’un grimper sur les épaules de l’autre qui - est en train de jouer du piano - pour chercher dans ses poches un bri-quet. On voit un nouveau riche, inculte, mettre en question une star du piano par son désir de lui faire jouer une chansonnette pendant un repas. La pièce La mort et la jeune fille se transforme en un concert de larmes; deux musiciens au chômage s’exercent à l’art de demander la charité - avec arrogance, tandis que dans une autre pièce les instruments de musique deviennent instru-ments de torture… La forte expression mimique et l’harmonie de l’interaction des deux musiciens est inimitable.
Le nouveau programme de ce couple bien connu comporte tous les éléments d’une clownerie musicale raffinée, jouée de manière à la fois émouvante et drôle, ingénieuse et souveraine. On peut expérimenter une nouvelle fois avec Thomas & Lorenzo que la musique classique et la complicité peuvent faire un excellent ménage.
Jamais ils ne dérogent à la loi du bon musicien.
Christian Stolz


Dernières Nouvelles d'Alsace 24/05/04
Attention, musique de chambre!!!
sans doute le spectacle le mieux construit du festival.

Ca commence de façon banale, par un gag éculé, celui du pianiste qui fait attendre le soliste et le public, car son tabouret est coincé à la mauvaise hauteur. Boîte à outils, réparation. On se dit: "Oh la la, j'ai déjà vu ça quelque part". Fausse impression: car à partir de là, les gags s'enchaî-nent sans interruption et mettent le public en position de rigolade non-stop.
Il y a Thomas qui s'est mis en tête d'apporter la culture aux ignorants. Vaste programme qui commence avec les gammes ascendantes et descendantes! Avec son alto, Thomas fait des acrobaties invraisemblables, tout en jouant, pour ramasser, par exemple, sa partition. Son parte-naire Lorenzo, obsédé par le niek-niek d'un spectateur remuant dont le siège grince, en avale son appeau. Le spectacle atteint son apogée quand Thomas quitte la scène pour aller chercher une corde de rechange, tandis que Lorenzo, qui a déjà commencé à jouer, est condamné à continuer tout seul ses ploums ploums sans fin. La Moldau, L'Alouette et Le Carnaval de Venise sont quelques supports musicaux de leurs gags désopilants . Sans aucun doute, question humour, Attention, musique de chambre est le spectacle le mieux construit du festival.
B.K.